Mohamed Abdel Kader Coubadja Touré de son vrai nom, voit le jour le 8 avril 1979, dans la ville musulmane togolaise de Sokodé, la deuxième plus grande de son pays. D'origine princière, il est élevé au milieu d'une grande famille musulmane du pays, avec son cousin et son frère, Mamam Chérif Touré et Coubadja Touré, maintenant tous deux internationaux.
 
Partagé entre ses études et l'initiation à l'Islam, le petit Kader trouve tout de même le temps d'aller tripoter le ballon, en trompant la vigilance de ses parents, et tout le monde voit donc bien que Kader n'a qu'une passion; le ballon rond.

  A la surprise générale, Kader effectue ses gammes sous les couleurs du club de la capitale, l'Etoile Filante de Lomé, club rival de sa ville. Au sein des équipes de jeunes, Kader fait parler de lui par sa vitesse et son efficacité, et ses deux grands atouts lui permettent d'intégrer l'équipe première dès l'âge de 16 ans, et par la même occasion de contribuer au renouveau du club. Marquant but sur but, il frappe très tôt à la porte de la sélection nationale.

  Peu après, Kader est du voyage pour la Coupe d'Afrique des nations 1998 organisée par le Burkina Faso.
Porté par la fougue de sa jeunesse, le jeune Kader se montre à son avantage au côté de joueurs confirmés tels Bachirou Salou,Ouadja Lantam ou encoe Djima Oyawolé.




  Mais c'est face à la Tunisie que Kader rentre dans l'histoire en inscrivant un but d'anthologie: parti du milieu du terrain, il élimine la moitié de l'équipe adverse puis ajuste le gardien d'un lob plein de finesse. cet exploit lui suffit pour que la prestigieux club italien de Parme soit intéressé par le togolais. Là-bas Kader croisa des stars comme Lilian Thuram ou Hidoteshi Nakata, mais n'effectua bizarrement aucun mach avec l'équipe première et quitta donc le club en fin de saison, sous la forme d'un prêt au FC Lugano.(1999-2000).

 En Suisse, le manque de confiance planant autour de lui, le contraignent à "s'exiler" là où les joueurs expérimentés de renom finissent leurs carrières, autremen dit, en Lybie, au club d'Al-Ahli Tripoli. cette saison-ci, Kader retrouva le plaisir de jouer et surtout de marquer (17 buts en 20 matches). Son talent avait pris le dessus. c'est alors que Parme, réclama le retour de leur prodige africain dans leurs rangs. Mais de nouveau, le club italien place Kader Touré sur le banc, et ce même plus tard lors de son bref prêt à Vicenza en Serie B, (où Kader en disputa que quatre matches!) par Parme.




  Ce n'est qu'en 2002, que Kader prend un nouveau départ, et de nouveau en Suisse, mais cette fois-ci au Servette Genève où il fait trembler les filets à 29 reprises (dont 19 en 2003-2004) en deux saisons et retrouve donc le moral, en plus d'être désigné footballeur togolais de l'année pour sa superbe première saison chez les helvètes.





  Ses exploits sous les couleurs suisses, ne laissent pas indifférent le FC Sochaux-Montbéliard qui le ramènent avec eux en janvier 2005. Mais encore une fois, on ne laisse pas de temps de jeu à Kader qui peine à s'imposer, même s'il fait parler la poudre lors de ses entrées en Coupes...

  Kader doit donc se contenter de partir en Ligue 2 pour l'En Avant Guingamp lors du mercato d'hiver 2006. Ses premiers mois sont plutôt satisfaisants, bien que l'EAG loupe sa saison et lutte pour se maintenir, malgré un effectif de qualité.




  Vient ensuite, le moment d'apogée de Kader Touré; la Coupe du monde 2006 avec sa sélection en Allemagne, où Kader et ses coéquipiers créent la surprise se qualifiant pour la plus prestigieuse des compétitions, après pourtant un naufrage collectif lors de la Coupe d'Afrique des nations 2006, en Egypte (3 défaites en 3 matches, Kader inscrit tout de même un super lob, face à l'Angola).





 Lors du premier match face à la Corée du sud( défaite 2-1), Kader rentre dans l'histoire de son pays en ouvrant la marque dès la 31ème minute de jeu et en manquant de peu le doublé au début de seconde période. Sa prestation est remarquable et lors du second match face aux Suisses, Kader montre qu'il n'est pas là par hasard et joue sur sa vitesse et sa technique pour tenter de récidiver. Un manque de chance assommant et deux penalties évidents sur son coéquipier Emmanuel Adebayor refusés, empêche Kader et les Eperviers de remporter le match (défaite 2-0) et les obligent à faire leur valises, même s'il reste encore le prestigieux match face aux Bleus de Thierry Henry. Et une nouvelle fois, Kader vole la vedette au prodige Adebayor en se montrant par ses appels et ses courses folles, qui obligent même Fabien Barthez à sortir le grand jeu au milieu de la première mi-temps. Kader ressort donc de se Mondial connu de tous et plus fort.




  Malgré quelques éventuels contacts au haut niveau, Kader fait confiance à l'En Avant Guingamp, en continuant l'aventure avec les Rouge et Noir durant 6 mois. Ses nombreuses blessures le contraignent à stopper son ascension, et Kader se retrouve sur le banc de touche durant les 3 derniers mois, ne jouant plus ou en CFA, alors que quelques mois auparavant, il était l'une des révélations du Mondial allemand. En froid avec Patrick Rémy, son entraîneur, Kader décide de partir pour 6 mois, dans l'optique de retrouver du temps de jeu.




  C'est alors qu'il décide de s'envoler en janvier 2007 vers les Emirats Arabes Unis, au club d'Al Jazira Abou-Dhabi pour retrouver du temps de jeu et remontrer à tous ses qualités de buteur. Mission accomplie pour l'Epervier, qui aura tout de le même le temps d'inscrire 7 buts en 9 rencontres !

  Revenu en été 2007, Kader dû cependant attendre novembre 2007, pour réintégrer l'effectif guingampais, suite au départ de Patrick Rémy. Le nouveau coach des rouge et noir, accorde dès alors plus de chances à Kader, qui malgré un manque de réussite dans le dernier geste, semble retrouver son habileté technique et sa pointe de vitesse. Il marque même, le 7 décembre 2007, son premier but sous les couleurs bretonnes face à Geugnon, et par la même occasion le 1000ème but de l'EAG en Ligue 2. But historique et important, puisqu'il permet à Guingamp de sortir de la zone rouge, et de ses rassurer quant à l'optique du maintien.




  Vendredi 1er Février 2008, Kader, entré en jeu à la 64ème minute du match amical entre l'EAG et le RC Lens, trouva le chemin des filets à deux reprises, dont un but d'anthologie. La fin de saison est à l'image du parcours de Kader à l'En Avant, fait de hauts et de bas.

Il se retrouve sans contrat le 30 juin 2008, joue deux matchs avec l'UNFP, et marque à une reprise. Kader, renoue avec la sélection, en pleine déconvenue dans son groupe de qualifications, pour le match décisif le 11 octobre 2008, contre le Swaziland, 5 moisaprès sa dernière apparition sous le mailot des Éperviers. 



 




10/02/2008
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres